07 décembre 2009

Dédicace de La luxure et la mort

Dédicace manuscrite, sur l'exemplaire de La luxure et la mort (1968) conservé à la bibliothèque de l'université de Bordeaux. Transcription:"A M. le bibliothécairede la Faculté des Lettres.Pour l'Universitéde Bordeaux.Nous entrons dans un mondeoù nos principes ne seront plusrecevablescar ils nous empêcheraientbel et biende survivre à ce monde-cidont ils consomment la ruine."
Posté par Ph B à 14:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 décembre 2009

Dix fragments du Semainier de l'agonie

DIX FRAGMENTS ESPAGNOLS DU SEMAINIER DE L’AGONIE (1963)d'Albert Caracotraduits par Philippe Billé. Page 86 (Semaine du 4 au 10 mars) : «Ya no puedo morir…» Je ne peux plus mourir, et demain il ne restera pas un recoin où il me soit possible de me cacher. Devant mes yeux s’ouvre le chemin qui ne finit jamais et qui emporte tout, je donne jour à mon éternité et je me fais concept, je sors de moi aliéné par moi-même, l’arc brisé, la flèche tirée. Pages 106-107 (Semaine du 18 au 24 mars) : «Así... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 12:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 décembre 2009

Dédidace de Post mortem

Le 29 août 1969, à Lausanne, Caraco dédicace à Raymond Aron un exemplaire de Post mortem. Ayant pris par erreur à l'envers le volume à la couverture noire, il écrit sur la dernière page:"Pour Raymond Aron:Un cas d'espèceet toutefois à la mesurede chacunmais non pas un modèleun avertissement plutôt."Puis, s'avisant de sa méprise, il ajoute un mot sur la première page :"Pour Raymond Aron:En le mettant sous enveloppeje m'aperçus de la présentationque j'ose appeler dialectiquede mon opusculeet parce que ce genre de... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 13:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
21 décembre 2009

Un article de Louis Nucéra

CARACO LE MAUDIT Par Louis Nucéra             «Si Monsieur Père ne s’éveillait un beau matin, je le suivrais de bonne grâce.» Un matin de septembre 1971, Monsieur Père ne s’éveilla pas. Le lendemain, dans la nuit, Albert Caraco se suicidait. Il avait 52 ans. Plus rien n’attachait à ce monde ce cynique averti qui décida de noiricir des pages plutôt que de se donner du bon temps. Il est vrai que de son propre aveu, son peu de santé le contraignait à se ramasser autour d’un fauteuil et... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 09:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 décembre 2009

Un passage de Nucéra

UN PASSAGE DE MES PORTS D’ATTACHE, par Louis Nucéra : Dans les années soixante-dix, je fus bouleversé par deux livres d’Albert Caraco : Post-mortem et Ma confession. Ils m’avaient remué, comme La face sombre du Christ de Vassily Rozanov. Comptable de nos décompositions et de nos débâcles, Caraco savait combien l’espèce est à plaindre plus qu’à blâmer. «Leur amour de la vie me rappelle l’érection de l’homme que l’on pend», écrivait-il. Prédisant à la France «un Sedan intellectuel, un Rossbach artistique, un Azincourt... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 08:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 janvier 2010

Remarks

REMARKS ABOUT CARACO, by Philippe Billé «I am a racist and a colonialist.» (Ma Confession, 141). Albert Caraco had a certain talent for making everyone comfortable, as soon as they open the book. In many respects, an uncommon writer. He was born in Constantinople, of a Sephardic family, (on June 8th according to his own words, in the Semainier de l’agonie, 44). He was the only son of a banker. During his childhood, he lived in Prague, Berlin (Kurfürstendamm, 129, from 1926 to 29) and Paris, where he studied in the... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 14:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 janvier 2010

Caraco & Davila

CARACO ET DAVILA : ELEMENTS DE COMPARAISON par Philippe Billé      Les rares commentateurs de Gómez Dávila l’ont déjà comparé à nombre de penseurs, aphoristes ou non. Parmi eux, Franco Volpi a brièvement évoqué une figure peu connue, celle de l’écrivain uruguayen, mais principalement francophone, Albert Caraco (1919-1971). Selon Volpi, le «pessimisme exaspérant» et «l’intransigeance (des) jugements» rapprocheraient Caraco et Dávila, cependant que la «foi lumineuse» du second l’opposerait à l’«amertume»... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 10:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 mars 2010

Dédicace du Tombeau de l'histoire

Dédicace manuscrite, sur un exemplaire du Tombeau de l'histoire (1966). Transcription :263Pour Partisans.On meurt toujourspour l'ordreet l'ordre renaîtra toujoursun et le mêmedes subversions triomphantes.AC Courtesy Julien Vallières.
Posté par Ph B à 09:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,